Pièces et Main d'œuvre est un groupe anti-tech grenoblois, qui, on va résumer très brièvement, offre une vision critique de la technologie, par exemple vis à vis des nanotechnologies et produit un certain nombre d'articles sur ce sujet. Fort bien.

Le problème, c'est que depuis quelques mois, le site Pièces et Main d'œuvre multiplie les productions et reprises d'articles pour le moins problématiques. Allez, on va faire par ordre chronologique :

Éloge du patriotisme républicain

Le 12 janvier dernier, PMO publie un texte de Ragemag intitulé : Devoir d'insolence : nique les bobos. Je vous invite d'ailleurs à vous renseigner un peu sur RageMag ici ou , mais vu le contenu du texte ce n'est pas forcément la peine : l'article propose : « contre le repli identitaire, le patriotisme républicain ». Contre l'anti-France, aussi. Le tout ayant pour objet de dénoncer le soutien des Inrocks à une pétition soutenant deux personnes accusées de racisme anti-blanc pour une chanson Nique la France. Une chanson rythmée par la haine, selon Ragemag :

Une chanson anticapitaliste, quoi de mieux pour plaire à la conscience simplette du gaucho de base que je suis ? Qui oserait douter de la bonne parole de ces fiers chevaliers du travail ? Et pourtant, ce n’est pas uniquement ce que l’on trouve dans cet « hymne rouge ». Une simple lecture en diagonale permet de remarquer un antipatriotisme échevelé, une focalisation sur le racisme venant des Blancs (ou « bidochons ») et visant les « Noirs et les Arabes », et quelques insultes au passage à l’égard de Caroline Fourest.

Le tout avec un chapeau qui doit être signé de Pièces et Main d'œuvre, vu qu'on ne le trouve pas sur le site de Ragemag : 

Un animateur de radio faisait récemment remarquer que les Français était le seul peuple à s’être donné un surnom péjoratif : franchouillard. On ne sait si le fait est vrai, il n’en reste pas moins que l’auto-dénigrement est un trait national de plus en plus accusé. Allez, dites-le, faites un effort, poussez, poussez : "J’ai hoooooonte de la France". Bravo. Bel étron. Il en est tant qui, se pliant au conformisme dominant, préfèrent avoir honte de leur pays qui n’en peut mais, plutôt que d’eux-mêmes. En fait, ces soi-disant honteux sont pétris de fierté. Ils sont fiers de leur honte, et en tirent un surplomb moral et politique sur ceux qui n’ont pas honte. C’est la fierté des renégats.

L'anti-fascisme, c'est has-been

Acte II. Le 18 juin 2013, PMO publient un texte de leur cru, intitulé Bas les pattes devant Snowden, Manning, Assange et les résistants au techno-totalitarisme. Ce texte fait les louanges de Snowden, dénonce le techno-totalitarisme, Facebook et compagnie. En soi, rien de mal[1].

Le texte en profite pour taper sur les antifascistes, parce que Clément Méric est mort quelques jours avant et qu'il y a eu une mobilisation en réaction qu'il n'y a pas eu pour Edward Snowden :

En France depuis le 10 juin 2013, aucune des organisations qui, avant ou depuis le meurtre de Clément Méric, clament l’urgence de la « lutte antifasciste », n’a pris la défense de Snowden. Aucune manifestation de soutien, aucun communiqué, aucun appel contre la surveillance totale, y compris celle de la DGSE française (services secrets extérieurs), comparée par un ex-agent à une « pêche au chalut ». (2) À ce jour, le seul appel pour l’asile politique de Snowden en France émane de Marine Le Pen. Un coup de pub dont le Front de Gauche n’a pas été capable.

Ou encore : 

En France, le rétro-fascisme à front bas et crâne ras, qu’on reconnaît au premier coup d’œil, obsède l’anti-fascisme rétro, patrimonial et pavlovien, tout ému de combattre la bête immonde qu’on lui a tant racontée et qu’il croit connaître. Il est vrai qu’ils partagent quelquefois les mêmes goûts en matière de look et de dress code. Les skinheads, c’est quand même plus simple que les RFID et la « planète intelligente » d’IBM.

Et puis, du coup, PMO estime que c'est pertinent de comparer les boneheads de Troisième Voie aux délinquants de banlieue :

Facebook n’a pas plus balayé Ben Ali et Kadhafi, que les abrutis de Troisième Voie et des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ne menacent la démocratie. (...)

Ils sont, en somme, le pendant rural des délinquants de banlieue. De ceux qui, en septembre 2012, massacrèrent Kevin et Sofiane à la Villeneuve d’Echirolles, parce qu’ils étaient d’un quartier différent.

Mouais.

Homophobie

Acte III : Pièces et Main d'œuvre décide manifestement que, si les analyses des antifascistes ne sont plus très pertinentes, il faut se tourner vers les analyses des fafs. Le 11 juillet 2013 est publié À fronts renversés, un article supprimé d'Indymedia Grenoble. PMO expliquent pourquoi ils le publient :

Nous publions ci-dessous un article trouvé dans les poubelles d’Indymedia Grenoble. Le site de libre publication l’a refusé, sans doute en raison de son intelligence, qui tranche fâcheusement avec le tout venant de ses contributions.

Ah, bon, Indymedia Grenoble doit être un site de teubé·e·s qui refusent tout ce qui est intelligent. Soit. Lisons donc l'article.

La calamiteuse affaire du mariage homosexuel, le mariage pour tous dans la novlangue du pouvoir, y participe, où une petite minorité activiste qui revendique à la fois l’onction des corps constitués et l’aura sulfureuse de la transgression quand ça l’arrange, semble avoir pris le gouvernement et la gauche entière en otage pour faire passer une loi emblématique du « mon cul ma gueule » qui tient lieu de philosophie à une grande partie de la société ; une loi qui est à la mesure de leur quête éperdue de reconnaissance et de normalité, mais qui heurte le sens commun de la plupart des gens ordinaires, qualifiés en cette occasion comme en d’autres d’arriérés ou d’ incultes incapables de vivre avec leur temps et de se mettre en phase avec les évolutions sociétales.

Ah, d'accord, en fait le texte n'a pas été supprimé d'Indy Grenoble parce qu'il était trop intelligent, mais parce qu'il était complétement homophobe.

Face à la bien-pensance, quelle est la solution ? L'église catholique, même si elle fait trop d'efforts pour se rendre acceptable et devait, on le suppose, être plus cool avant.

Dans ce combat homérique, l’Église catholique fait toujours figure de repoussoir, comme de bien entendu. Mais si elle est en bute à tant d’agressivité, ça n’a plus rien à voir avec les combats laïque du passé, ni avec la lutte contre l’obscurantisme, comme l’imagine naïvement l’extrême-gauche, dont le fond de commerce, en ce qui concerne les questions de société-, est constitué d’un ensemble de demi vérités que les évolutions du capitalisme ont peu à peu transformées en véritables mensonges- ; c’est seulement qu’elle porte encore, malgré tous ses efforts pour se rendre acceptable au monde tel qu’il est, des valeurs de transcendance qui ne sont pas complètement réductible à la sous-culture de consommation.

Bon, d'accord, ce n'est pas un texte signé par Pièces et Main d'œuvre. Ils se sont contentés de le sortir des poubelles d'Indymédia Grenoble de le pubiler, et d'expliquer à quel point il était intelligent. Et puis ils n'avaient manifestement pas envie de s'arrêter là, et décident, le 31 juillet, de publier Faut-il changer la nature de la filiation ?, écrit à l'origine par Hervé le Meur dans la revue l'Écologiste.

Je vais passer rapidement sur ce texte, parce qu'il y a déjà une analyse conséquente à son sujet, Allez, juste une petite citation, qui correspond à ce que j'en pense :

Mais toute cette emphase ne parvient ni à dissimuler le caractère confus de l’argumentation ni à en rendre l’idéologie acceptable. Naïvement naturaliste, tout le propos participe à la justification des positions homophobes et anti-féministes. Ode à la famille nucléaire hétérosexuelle, à la maternité « naturelle », et à l’ordre hétérosexiste, ce texte s’en prend tout azimut à l’homoparentalité, aux lesbiennes, aux « théories du gender », aux intellectuels qui « haïssent l’engendrement naturel », etc.

Bref, ce texte est dans la lignée du précédent, en un peu plus subtil.

Que dit PMO de ce texte ? Le plus grand bien :

La revue l’Ecologiste (disponible en kiosque et par correspondance sur www.ecologiste.org) publie dans son numéro d’été 2013 un article d’Hervé Le Meur, consacré à la reproduction artificielle de l’humain (RAH), PMA en novlangue (Procréation médicalement assistée).

Ça part bien..

Cet article réussit la prouesse d’exposer en trois pages claires et concises, les enjeux liés à la nature de la filiation, et les bouleversements que la social-technocratie "post-moderne", "libérale libertaire", entend lui infliger, notamment à la suite du "mariage pour tous" (c’est-à-dire homosexuel). Haine de la nature, de tout ce qui naît, par opposition à ce qu’on fabrique. Haine de l’inné. Haine de la maternité, des mères et des pères. Biophobie et anthropophobie. Manipulations génétiques et manipulations de langage (les unes ne vont pas sans les autres). "Dérives" (prétendues dérives) eugénistes et marchandes.

Vous reprendrez un peu d'homophobie discrète ?

Et puis "l’altérité", ne serait-ce pas un concept hostile à l’égalité pour tous ? Heureusement nous sommes tous de plus en plus égaux ; tous pareils ; tels des foetus en kit personnalisés. Merci Ikea ! Merci Baby World Company !

Non, Frigide Barjot n'a pas été recrutée par PMO (elle a une page Facebook et ils sont anti-tech, alors c'est pas possible).

 Conclusion

Sur leur page de présentation, Pièces et Main d'œuvre disent notamment :

Nous refusons la bien-pensance grégaire

Ce qui prouve bien que c'est vraiment l'argument utilisé par tous les réacs.

Plus sérieusement, Pièces et Main d'œuvre est peut-être un site et un collectif qui a fait des analyses pertinentes dans le passé, et qui va sans doute continuer à le faire sur des questions comme les RFID, les nanotechnologies ; toujours est-il qu'à l'heure actuelle il s'agit d'un site qui publie des articles on ne peut plus douteux et qu'il faut espérer que les organisations libertaires et anarchistes réfléchiront à deux fois avant de leur faire de la publicité en relayant leurs articles sans se poser de questions.

Notes

[1] On pourrait sans doute critiquer la façon dont Julian Assange a beaucoup été présenté comme grand martyr du complot américano-suédois en dénigrant les deux femmes qui l'ont accusée de violences sexuelles, mais cela n'est pas propre à PMO et en l'occurrence, dans cet article précis, le nom d'Assange n'apparaît assez bizarrement que dans le titre.